Rechercher
  • Sudarenes Editions

Chronique des Mondes Tome 3 Prélude

La guerre est là. Elle les a enveloppés, elle s'est mélangée à eux, elle les a dévorés, et maintenant ils sont elle. Moira a appris à se mouvoir tel un de ses membres, probablement le plus sournois, le plus dangereux. La guerre est là, bientôt elle se finira, mais que seront-ils sans elle ? Tandis que le monde se prépare pour une nouvelle ère, il laisse apparaître des secrets plus anciens encore. Est-ce vraiment la fin de la guerre, ou n'est-ce que le début d'autre chose bien plus dangereux ?





CHAPITRE I


Le temps est l'entité la plus abstraite de ce monde, et même des autres. Sans outils, il nous est impossible de savoir ce qu'il nous reste. Le temps s'effile et se glisse, comme un serpent, silencieux, rampant, invisible. Essayez de l'attraper, de le compter, voir si l'aiguille de votre montre s'arrête. Depuis combien de temps est-elle aussi fixe ? Chercher à attraper l'air autour de vous reviendrait au même. Le temps joue avec nos émotions, nos sentiments, nos doutes et nos angoisses, allant toujours dans le sens inverse de nos ennuis. Aucune civilisation, aussi puissante et porteuse de connaissances soit-elle, ne pourrait le faire s’effondrer. Le temps, lui, effondre de nombreuses civilisations. Le temps est une illusion, que nous croyons contrôler, par des mesures, par des mots. Il se joue de nous, et au final, il est l'unique prison qui nous retient.

Cela faisait trois ans que je me battais contre des forces obscures. Un an que Sarah gisait le crâne fendu, dix pieds sous terre. Probablement le temps n'avait laissé que des os, et des asticots à la place, et un jour, il la ferait définitivement disparaître. Un an. C'était le temps qu'il avait fallu pour que je devienne une guerrière avisée, un bon soldat, stratégique, méticuleux, implacable, et dangereux. Parfois, je me disais que même la mort avait peur de moi, sinon elle m'aurait prise depuis bien longtemps. Peut-être que je la rebutais suffisamment pour qu’elle se refuse à moi. J'étais prisonnière du temps et de son ouvrage. Forcée de marcher sur une route que je ne contrôlais pas, que je n'acceptais pas, et pourtant, résolument mienne. Une vie entière me séparait de mon passé, une éternité, un vide immense à la gueule béante m'empêchant de revenir vers lui. Mes rêves, mes désirs, et même mes espoirs, le temps les avait annihilés, et à présent, il ne me restait plus que le chemin qu'il m'avait tracé. J'aurais aimé pouvoir vous dire que je voulais me libérer de son emprise, mais ces chaînes étaient la seule chose me retenant, et les couper n'aurait été qu'une folie de plus.

Dans cette éternité, je m'étais faite un nom : j'étais Moira, détentrice de l'air, libératrice du chaos, et bientôt héros de ce monde trop fantastique. J'étais perdue dans ces mensonges qui me décrivaient. Même en connaissant leur nature, je ne pouvais m'empêcher de me laisser bercer, les laissant effacer le sang qui tachait mes mains, et la lâcheté où mon cœur se baignait. J'étais devenue ce qu'ils avaient tous souhaité : une arme prête à tout pour la victoire.

Le soleil était à peine levé, laissant ses traînées roses dans le ciel. L'air était encore un peu frais en ce début de printemps. Quelques fleurs avaient débuté leur ascension vers le ciel, les pétales encore repliés, protégeant leurs cœurs du froid de la nuit. La rosée avait abandonné sur l'herbe de fines perles, s'écrasant sur le cuir de mon uniforme sans pouvoir atteindre ma chair. Comme à mon habitude, je pliais le genou face à la pierre glaciale. Mes doigts vinrent effleurer les lettres gravées sur la tombe, une sorte de bonjour, que je m'étais instaurée. Sarah était partie et beaucoup avait avancé, la laissant à la terre : Lorna avait dû abandonner son rôle de commandante pour celui de détentrice et, comme nous autres, son quotidien était rythmé de croisades. Sébastien ne m'adressait plus la parole et Robin semblait à tout prix éviter ma présence. De temps en temps, je m'entraînais avec Angèle. Cette dernière préférait passer ses journées loin d’être douée de parole. La compagnie des animaux lui réussissait mieux que celle des soldats, ce que nous étions tous. Je passais donc la plupart de mon temps avec Charly, toujours penché sur ses ouvrages, à la recherche d'un secret qui nous permettrait de mettre fin à cette guerre plus vite. Il était devenu rare que nous nous retrouvions tous en-dehors des conseils de guerre et des batailles. Les quelques occasions où cela arrivait étaient dues la plupart du temps au hasard.

Aujourd'hui était un jour différent. J’étais venue faire mes adieux à la pierre froide. Notre croisade pour la libération nous avait poussés bien plus loin que les alentours de la grande bibliothèque et, un retour vers ce qui était devenu ma maison, allait devenir bien trop dérisoire. Nous rentrions dans la dernière phase. Bientôt nous serions aux portes de la capitale. Je ne savais pas si j'allais un jour revenir, et même si nous survivions, il pourrait se passer plusieurs vies avant de me retrouver à nouveau ici.

À chaque visite je voulais lui parler, lui raconter mes angoisses, mes craintes… Je ne sais pas si c'était la pierre face à moi, où l'angoisse que quelqu'un puisse m'entendre, mais je ne réussissais jamais à prononcer ne serait-ce qu'un mot. Alors, comme à mon habitude, j'ouvrais la bouche juste pour soupirer avant de me lever. Dommage, me vider l'esprit aurait été une bonne solution. Sarah avait toujours été une bonne auditrice, capable de me rappeler la futilité de mes peurs. Probablement, si une quelconque vie dans la mort existait, n'était-elle pas là ? Avant, dans l’autre monde, je n’avais jamais croisé la mort, par conséquent, je n'y avais jamais vraiment réfléchi. Existait-il un au-delà, un lieu où chaque être irait un jour se reposer ? Aucune idée. Ce monde ne semblait pas non plus posséder de réponses ni de recherches à ce sujet. Déçue, je me levais, incapable de trouver les mots pour un adieu convenable, alors je laissais le silence combler mes lacunes.

Tout en marchant vers l'intérieur de la montagne, je triturais la plume que Mahéra avait accrochée à mes cheveux. C'était la seule mèche encore blonde, le reste avait pris une tournure plus sombre, s'apparentant à l'ébène, le blanc neige de la plume y ressortant plus intensément. Le soleil se levait, annonçant notre départ et mes dernières minutes dans l'enceinte de la grande bibliothèque. Sur le chemin de ma chambre, mes pas résonnaient. Il n'y avait plus grand monde qui vivait ici, tous avaient déjà rejoint l'armée. Il ne restait que nous et quelques instruits. Mon cœur se serrait à devoir quitter ces lieux, empreint d'une nostalgie que je ne lui connaissais pas. Je tirais un trait sur mon ancienne vie, sur mon existence en tant que Chloé, sur mes erreurs d'enfant. La seule trace était cette plume dans mes cheveux, probablement la raison pour laquelle je ne l'avais pas encore enlevée.

Sans que j'y prenne garde, je me retrouvais face à la porte de ma chambre. Mon corps se contracta violemment au rappel de ce qui pouvait m'y attendre. Je crus même sentir mes os se craqueler sous l'angoisse. Reprenant un air neutre, qui allait si bien avec mon allure de soldat, je la franchis.

Comme à son habitude, elle était là, assise sur mon lit, les jambes se balançant dans le vide, ce petit sourire amusé, le regard pétillant d'excitation à la découverte du monde. Elle ressemblait en tout point à ma Sarah. On aurait pu y croire. J'y avais cru, un temps. Puis j'avais noté certaines incohérences, comme cette fente de noirceur dans son regard, un côté animal dans son sourire, et une touche de ruse malsaine dans ses mots. À ma vue elle se précipita vers moi :

Ça y est ? On s'en va ! T'as fini avec tes trucs inutiles ?

Je l'ignorais, fourrant dans mon sac les dernières affaires, et vérifiant que je n'avais rien oublié d'important :

Sérieusement tu vas encore m'ignorer, soupira-t-elle s'effondrant sur le fauteuil à mes côtés, bon d'accord, je n'existe pas. Je ne suis qu'une part de ton inconscient voulant… on ne sait pas encore trop quoi.

J'ajustais les lanières de ma ceinture, y installant mes vieilles dagues :

D'accord, c'est vrai que ça semblait logique de m'ignorer au début, la possibilité que je disparaisse à l'image d'un ami imaginaire aurait pu être juste. Mais je suis là ! Deux jours, tu te rends compte, je n'ai personne d'autre à qui parler, tu pourrais faire un effort pour me distraire déjà que je dois me taper tes mélodrames… Dis-moi au moins où on va !

Je soupirais. Il n'y aurait donc aucun moyen pour qu'elle me fiche la paix. Au départ, Sarah apparaissait seulement quand son souvenir était trop douloureux. Elle gardait alors son rôle de confidente, douce et attentionnée. Avec le temps, elle gagna en force dans mon esprit, et vint le moment où je ne contrôlais plus rien, et où l'adorable adolescente fit place à une bête sans âme qui s'amusait plus dans le sang de la guerre, que dans la chaleur du soleil. Elle pouvait apparaître quand ça lui plaisait. Et alors que ses visites n'étaient réservées qu'à mes instants de solitude, il lui semblait à présent possible de faire une apparition alors que d'autres se trouvaient en ma compagnie :

T'es vraiment chiante ! Tu le sais ça ! Mais où est passée l'amie qui se battait contre les règles, se laissant imbiber d'alcool à la merci de la nuit ! Qu'est-il arrivé à cette fille qui ne passait pas une minute sans rêver à une nouvelle aventure ?

– Cette amie est morte, répondis-je à demi-mot.

C'est vrai ! Dit-elle dans un rire strident, j'avais oublié la fureur qui pouvait t'animer autrefois. Elle me manque.

Mon corps frissonna, et je me figeais sentant un flot de colère s'infiltrer en moi. Je le repoussais avec peine, les souvenirs s'infiltrant déjà dans ma tête :

C'était bien cette sensation de puissance, chuchota-t-elle en s'approchant de moi, quand inlassablement tu laissais cette lame s'enfoncer dans ses entrailles. Le regard de Ciaran tu te souviens ? Un trésor que seul le véritable pouvoir apporte. Cette sensation de la chair qui explose sous tes coups, encore, et encore, et encore... On s'aperçoit de l'éphémère substance des choses, du monde, des univers. On se laisse aller, dans un simple coup de vent n'est-ce pas ? C'est si apaisant de s'oublier, pas vrai ?

Mes dents se serraient, m'empêchant de prononcer un mot. Un seul aurait suffi pour la rendre heureuse, et un peu plus forte. Un flot de larmes recouvrait mes joues, incapable de s'arrêter. Elle était si près que j'aurais pu sentir son souffle dans ma nuque :

On se rend compte que c'est dans la mort qu'existe notre seule liberté. C'est dans la mort qu'existe la pleine puissance du choix. Je pourrais t'offrir une aussi grande puissance, un sentiment bien plus grand que tes avant-goûts. Si seulement tu pouvais m'accepter.

Sa main glissa, frôlant mon bras, pour venir dans un léger effleurement rencontrer la mienne. Un brasier s'éveilla tout autour. Je voulus m'écarter, mais dans une pression elle garda le contact. Je ne pouvais qu'observer ces flammes terrifiantes s'étendant du poignet jusqu'au bout de mes doigts. Mon regard fut pris dans le sien, je crus y voir quelque chose au fond, tout au fond. Une chose sombre, étrange, plus ancienne que tout autre :

Regarde ce que nous sommes.

Je frémis, tremblante, les yeux fermés, priant pour que cette vision s'arrête. Quand mes yeux s'ouvrirent, ce fut le cas. Il n'y avait plus de flammes, et plus de Sarah. J'étais enfin seule, et mon cœur, jusqu'alors arrêté, reprit son lent battement. Chaque tremblement faisait retourner ma tête. Le souffle me manquait. Prise de nausées, je me laissais retomber sur le lit. Je frissonnais, désespérée. Mes doigts voulurent sentir le contact de la terre, mais à la place, ils ne rencontrèrent que les draps. Et dire que demain ne pourrait pas être meilleur.

Il y avait quelque chose de terrible à vivre ainsi, bloqué dans le temps, dans une boucle sans fin, n'annonçant que le pire. Chaque jour était un calvaire, et je devais le vivre en sachant que demain apporteraient avec lui des ombres un peu plus grandes. Combien de temps allais-je encore supporter cela ? J'étais si épuisée qu'il me semblait impossible d'abandonner. Je n'avais plus la force pour protester, pour résister. Je ne pouvais qu'avancer droit devant, pas après pas, à l'image d'un pantin, les armes à la main.

La porte s'ouvrit subitement, et dans un sursaut, mon corps reprit son fonctionnement normal. Charly passa la tête à travers la porte :

– Tu es prête ?

– Oui, ne t'inquiète pas, répondis-je, attrapant mon sac d'une main et m'avançant vers la porte.

Charly ne bougea pas, me fixant, comme s'il cherchait quelque chose sur mon visage :

– Qu'y a-t-il ? lui demandais-je.

– Rien, t'as une tête… On dirait que tu viens de voir un fantôme.

– C'est tout comme, murmurais-je pour moi-même.

Sans plus de cérémonie, je me glissais à l'extérieur de la pièce, et refermais la porte sans un regard en arrière. Je me mis à filer le long des corridors, Charly sur mes talons. Quelques minutes après, nous nous retrouvions tous devant les portes de pierres, comme autrefois, sauf qu'il n'y avait plus Sarah, plus Ciaran, et qu'aucun de nous ne ressemblait à ce qu'il avait pu être. Derrière nous, les portes se refermèrent, personne ne parlait. Le silence était lourd, et personne ne souhaitait le défaire.

Je me retournais observant ces immenses blocs de rocs à nouveau fermés, cachant la cité derrière. Les portes ne s'ouvriraient qu'à la fin de la guerre, si nous la gagnons. Dans le cas inverse, elle ne serait qu'un autre puits de savoir oublié, où quelques membres égéries y finiront leur jour dans le regret le plus total. Le conseil s'effaçait à nouveau, nous donnant à nous autres détenteurs, les pleins pouvoirs. Nous étions le conseil, et nous partions en guerre.


14 vues

©2020 par Sudarenes. Créé avec Wix.com