• Sudarenes Editions

JEU DE MAINS "L'amour est une révolution"


« Je te hais, toi et tes secrets. Je hais le fait que mon corps soit aimanté au tien. Je hais le pouvoir que tu as sur moi. Je hais le fait de t'aimer. »


Alana est la fille cadette d'un Duc, déjà promise à un grand homme, elle se doit de se réserver. Toujours à la recherche d'adrénaline et d'occupations interdites qui lui permettraient de passer le temps dans ce grand manoir ennuyeux.


Adrien est, lui, au service du Duc depuis peu. Grâce à son paternel, un riche imprimeur et collaborateur du Duc, Adrien échappe à la prison et la peine de mort. Il se doit de rester droit et de se soumettre à la moindre requête qui lui sera demandée, au risque de retourner en prison.


Lorsqu'il rencontre Alana et fait face à son terrible caractère, un jeu s'installe rapidement entre eux à savoir qui aura le dernier mot. Qui ne succombera pas. Et qui aura droit à la liberté.


Comment dit-on déjà ?

Jeu de Mains... ?



CHAPITRE 1



I

Alana






Il y a une chose que j'aime par-dessus tout ici, c'est bel et bien le chant des oiseaux au petit matin, lorsque ma servante ouvre mes rideaux, entrebâille ma fenêtre... Il n'y a pas meilleure sensation que se lever, sortir sur le balcon et regarder le soleil illuminer les jardins parfaitement entretenus du domaine. Il y a toutes sortes de fleurs, en passant par les roses et en terminant par les belles pivoines rosées sans oublier le laurier aux senteurs fruitées.

J'ai grand besoin de cette bouffée d'air frais le matin. J'ai grand besoin d'inspirer profondément, humer chaque senteur du jardin. C'est comme si cela me donnait de la force et je le pense, je gagne de la force pour la journée barbante qui m'attend chaque jour.

Le rituel est inchangé, une fois que j'ai pu profiter du beau jardin qui s'étend sur plusieurs hectares devant moi, je suis préparée comme une véritable princesse. Assistée par deux servantes à qui je parle que très peu et que j'agace lorsque je refuse de porter les tenues qu'elles me proposent car je les trouve hideuses. Je suis lavée, jusqu'à l'intimité que je ne peux leur cacher et qu'elles connaissent peut-être même mieux que moi, je suis ensuite épilée, les premières fois j'étais réticente et je le suis toujours, cette torture vient de ma sœur aînée qui a découvert cela il y a quelques mois à Paris et qui force ses deux cadettes à endurer la même douleur qu'elle chaque fois qu'un poil ose se montrer. Lorsque je suis nue, dépourvue de poils, je suis coiffée et habillée. Je ne saurais dire si l'épilation est plus douloureuse que le laçage du corset qu'on me serre si fort que je crois chaque jour étouffer mes organes. On me pince les joues pour me donner bonne mine et me voilà fin prête pour aller déguster le petit déjeuner.

Prisonnière de mes jupons, je descends les escaliers lustrés en me tenant à la rambarde de ceux-ci dans le cas où je trébucherai comme une sotte. Les murs sont décorés de différents portraits, absolument toute la descendance des Dupont est accrochée sur ce mur qui suit les escaliers. On s'y attarderait des heures pour détailler chaque peinture. Elles sont minutieuses, parfaitement réalisées, à tel point qu'on croirait voir de vraies personnes. Ma mère est accrochée sur ce mur, elle est assise sur un siège rouge et doré, les mains croisées sur ses jambes, portant une belle robe vert émeraude, des boucles d'oreilles assorties et un collier supportant le poids d'un diamant étincelant. Son regard bleu foncé est fixe, ses longs cils noirs et ses cheveux bruns entremêlés dans une longue tresse soigneusement déposée le long de son épaule.

La tradition dans la famille est que chaque fois que l'un de nous meurt, nous affichons son portrait réalisé lors de leurs vingt cinq printemps. Ma mère est morte en me mettant au monde et mon père a retrouvé une femme lorsque j'étais âgée de huit ans. Elle est plus jeune que lui mais s'est toujours occupée de moi.

Je m'assois à table, pose ma serviette sur mes genoux et me munit de ma fourchette en argent. Je suis face à ma sœur aînée qui déguste son porridge. Depuis que nous sommes allés en Angleterre, nous raffolons du porridge. J'entame avec ferveur le mien, nous mangeons sans un mot tandis qu'on me remplit mon verre.

Mon père s'assoit alors en bout de table, il ne porte pas sa perruque, nous laissant entrevoir ses cheveux grisonnants. Il est grand, porte fièrement son ventre légèrement arrondi et se rase de près.

— Aujourd'hui, nous allons nous promener en forêt pour cueillir quelques plantes dont Térésa aimerait se servir pour concocter...

— Ses potions magiques ? l'interromps-je en posant ma fourchette.

Il relève le nez de son livre et hausse les sourcils.

— T'ai-je permis de me couper de la sorte ?

— Je ne vois pas à quoi lui sert des plantes mis à part préparer ses boissons infâmes. J'adore Térésa, Père, mais ces boissons sont répugnantes...

Ma sœur Mélina glousse, c'est la plus vieille, elle est enceinte et mariée. Mon beau-frère est marchand, il voyage beaucoup et n'est donc que très rarement avec nous. Elle est blonde, comme mon père, les yeux bleus comme ma mère et arbore un nez en trompette qui a fait craquer beaucoup d'hommes. Je ressemble davantage à mon autre sœur, Claire, mais nous ne nous entendons que très peu. Elle est la petite fille parfaite, qui n'a jamais fait de bêtises ou qui n'a jamais osé tenir tête à notre père. J'ai beaucoup de mal à l'apprécier. Je suppose que c'est réciproque. Nous sommes toutes les deux brunes, maigrichonnes aux yeux bleus, comme notre mère, j'ai la particularité d'avoir un œil marron, comme mon père, comme si j'avais hérité de leurs deux couleurs à chacun.

— Elle compte faire du thé, cela ne te plaît-il pas ?

Je hausse les sourcils et enfonce une bouchée de mon porridge dans ma bouche. Je préfère de loin le thé anglais. Le vrai thé anglais. Térésa vient de Grande Bretagne, lorsqu'elle parle, elle a d'ailleurs un accent adorable mais elle ne sait ni cuisiner, ni concocter quelques boissons que ce soit.

— Je me contenterai de cueillir des fleurs, grommelé-je entre mes lèvres.

Les fleurs me fascinent, je les trouve toutes aussi belles les unes que les autres. Elles sont toutes différentes, leurs couleurs varient, leur odeur aussi. Il y a tellement de sortes, tellement de nom incroyable à leur donner... Je ne peux pas refuser une telle sortie, d'autant plus que père ne vient jamais avec nous. Pour une fois, ce sera l'occasion de passer du temps en sa compagnie, bien qu'il reste peu bavard.

Il est très pris par son travail, la politique a un enjeu important dans le monde et il est vrai que fut un temps où les français et les anglais ne s'entendaient pas très bien. Dorénavant, mon père voyage beaucoup et le plus souvent en Angleterre, c'est de cette façon qu'il a rencontré ma belle-mère.

La journée passera aussi lentement qu'un escargot grimpe un muret. J'ai écouté mes sœurs déblatérer sur un garçon rencontré il y a déjà plus d'un mois en ville. Claire tombe amoureuse de tout homme qui croise son chemin. Si bien qu'à vingt-trois ans, elle n'est toujours pas mariée, bien que mon père lui réserve apparemment un brillant avocat, malgré qu'il soit âgé de quinze années de plus qu'elle. Quant à moi, je devrais rencontrer mon futur époux d'ici une semaine, le fils du Duc de St Martin. Je ne le connais ni d'Adam ni d'Ève et je n'ai pas envie de faire sa connaissance. Tout comme Mélina, ma sœur et moi n'aurons pas le droit de choisir notre mari. Mon père souhaite que l'argent demeure dans notre famille et de ce fait, nous devons nous marier à des hommes riches et faire perdurer notre lignée. Lorsque nous rentrons, alors que le ciel rosit sous les caresses du soleil couchant, je ne cesse de m'imaginer ce que je pourrais faire ce soir, pour m'occuper l'esprit et oublier cet après-midi ennuyeux que je viens de passer auprès de ma famille. Je n'aime que les bals et les dîners, là où l'alcool est autorisé et où je peux m'amuser à séduire n'importe quel homme. Ils me paraissent tous si faibles face à un décolleté et le sourire nié d'une jeune femme. C'est amusant de les voir perdre leurs moyens et encore plus quand leur femme n'est pas bien loin. Claire me dit que ce que je fais, c'est un jeu malsain et que je passe pour une catin mais cela ne m'importe que peu. Ma vie m'ennuie et je préfère savoir que je plais avant d'être prisonnière d'un homme que je n'aime pas.

Quand nous descendons, comme à chaque fois, nous sommes accueillis par nos fidèles servants, les mains croisées devant leur bassin, la tête baissée vers le sol, par respect, ils ne cillent pas jusqu'à ce que nous rentrons dans le manoir.

Nous sommes rapidement accueillis par Henry, notre maître de maison qui est accompagné d'un homme d'une quarantaine d'années et d'un autre, plus jeune, qui est occupé à regarder autour de lui, nos vases, nos meubles, nos cadres... sans daigner nous accorder un regard.

— Monsieur Dupont, vous voilà enfin, dit-il en lui baisant la main.

— Allons, pas de cela entre nous, grogne mon père en réajustant sa perruque sur sa tête. Baptiste, je te présente mes filles, Mélina, Claire et Alana, déclare père en nous désignant toutes les trois.

Par courtoisie, nous tirons nos jupons et plions les genoux. Il nous sourit et s'empresse de demander à mon père un entretien en privé avec son fils qui me semble bien trop distrait dans cette grande demeure. Il est plutôt grand, bien taillé mais très mal habillé, crasseux qui plus est. Ils se rendent bien rapidement dans le bureau de mon père, non loin de là. Mes deux sœurs partent avec Térésa dans les cuisines et je me retrouve seule, au beau milieu de mon salon.

Je réorganise correctement les bouquets de fleurs sur la cheminée avant que mon père ne sorte tout en serrant la main à son invité qui semble ravi. Il baise ma main pour me dire au revoir et quitte le domaine aussi rapidement qu'il est arrivé.

— Que voulait-il ? demandé-je en me tournant vers mon père.

— Rien de particulier, son fils travaillera ici quelques temps.

— Plaît-il ?

— Je fais preuve de clémence, pour une fois, ce gamin a besoin d'un coup de pouce.

— Nous avons suffisamment de personnel et nous ne prenons pas les rats qui traînent dans les rues.

— Je ne pense point que ce soit toi qui prenne les décisions ici, Alana, alors reste à ta place de femme, tu veux bien.

Je pousse un profond soupir et me retire rapidement pour aller profiter du jardin avant que la nuit ne tombe et la fraîcheur avec, m'amusant à faire tourner mon ombrelle au-dessus de ma tête. Les jardiniers sont doués et ne font pas les choses à moitié, ici, tout est parfaitement coupés, pas la moindre feuille qui dépasse des buissons, pas la moindre fleur fanée, c'est incroyablement beau et entretenu. Si je pouvais être aussi douée qu'eux je passerai mes journées à me démener pour que cet endroit ne perde pas sa beauté. Je sais déjà que c'est ici que je me marierai.

À peine quelques heures plus tard, c'est l'heure du dîner. Assis autour de la table, nos servants, comme chaque soir, restent derrière nos chaises, les mains croisées, la tête baissée. Le temps que nous récitons nos prières, ils ne bougent pas et ce jusqu'à ce que mon père l'ordonne. Tout en tenant la main de Mélina et celle de mon père, je lève les yeux vers l'individu qui se tient derrière Claire. Le « nouveau », bien que je pense que quelque chose d'autre se cache derrière sa brutale arrivée.

Il ne bouge pas, ses mains sont épaisses et veineuses, légèrement abîmées, il ne porte plus ses habits crasseux mais l'uniforme de la maison, des culottes beiges, une chemise blanche, un veston gris, des bottes qui remontent jusqu'à ses mollets paraissant musclés. Ses cheveux bruns sont attachés en une queue basse comme tout notre personnel de maison.

Je continue de le fixer, il semble s'en rendre compte puisqu'il daigne enfin lever ses yeux vers moi. Une cicatrice creuse sa joue rasée, ses cheveux bruns sont légèrement bouclés et ses yeux marrons comme des noisettes.

— Amen, souffle mon père.

— Amen, répété-je tout en regardant notre servant.

Nous nous lâchons enfin les mains.

— Vous pouvez disposer, ordonne mon père accompagné d'un geste de la main.

Ils s'empressent de quitter les lieux, c'est eux qui ont préparé la table. Le bel inconnu s'en va lui aussi, dommage, il avait un beau regard et un visage plutôt harmonieux malgré cette cicatrice ingrate qui coupe sa joue.

259 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout